Calendrier

« Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 

Un kärchérisé de la République

article

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Hommage à Franz Kafka: Ce que la richesse identitaire et culturelle peut donner de meilleur.

Par Un kärchérisé de la République :: 29/11/2010 à 12:12
Il est des Hommes qui marquent le monde intellectuel et littéraire de manière si profonde et bouleversante, que leur trace reste indélébile jusqu'à aujourd'hui.
Franz Kafka était depuis son enfance un solitaire, ayant eu des relations difficiles avec son père, il exprime à travers une "Lettre au père" les raisons de sa peur, comme une auto-psychanalyse de leur relation qui mêle admiration et répulsion, peur et amour, respect et mépris: paradigme d'un fils d'immigré déraciné, tiraillé entre un ersatz  de culture d'origine ou cultuelle, et une aspiration à l'émancipation.
De cette posture entre un père d'origine juive peu scrupuleux quant à sa pratique du judaïsme, et Franz Kafka dans une Autriche en plein questionnement  identitaire, est née une pensée critique de la société moderne. De cette réalité familiale et professionnelle, travaillant dans une compagnie d'assurance de longues heures durant, découlera à travers toute son œuvre, une atmosphère cauchemardesque voire surréaliste d'une société moderne où l'Homme n'a plus prise sur lui-même, comme déraciné, perdu dans une masse impersonnelle de bureaucrates à l'image d'insectes. (Lire sa Nouvelle "La Métamorphose").
De cette vision au vitriole où tout est décrit sans concession comme une objectivité étrange; le quotidien se révèle dans toute son absurdité.
Ami du poète Max Brod à qui il avait confié de brûler ses pensées et ses nouvelles, Kafka avait écrit d'abord pour lui même, comme une forme d'auto-psychanalyse ou la nécessité d'un besoin existentiel, loin de nos fameux Houellebecq ou BHL et consorts qui aiment bronzer à la lumière des projecteurs et des flashs de paparazzis.
Franz Kafka est le paradigme de l'intellectuel déraciné au sens métaphysique du terme, solitaire, ayant des relations difficiles avec son père, son rapport à la judaïté et les femmes de part sa nature profonde et complexe.

C'est dans un contexte de plus en plus nationaliste où les tensions entre allemands de souche et allemands assimilés ou d'origine juifs, que Dora Diamant sa dernière compagne révèlera en lui , à la fin de sa vie, un intérêt pour le Talmud que son père avait négligé, qu'il envisagera d'émigrer avec elle en Palestine, consécration de l'idéal sioniste: revenir à la Terre Sainte, comme revenir dans le sein d'une mère nourricière, rechercher la protection, l'affection maternelle.
De même que cette jeunesse à qui l'on demande des gages de Francité, tiraillée entre une société moderne de consommation où la marchandisation règne et les tentations de repli identitaire au même titre de ceux qui voulaient faire la Alyia ou retour mythique en Israël et non moins mythique de la Hijra ou l'exil du Prophète Muhammad face aux persécutions endurées à la Mecque.
Comment ne pas alors faire le rapprochement entre cette crise identitaire d'un juif européen de la fin du XIX ème siècle et cette jeunesse d'origine maghrébine de confession musulmane dans cette Europe où les tensions nationalistes se font ressentir suite à la crise économique et à cette peur de ne plus rien maîtriser: globalisation, immigration...?
Passer à côté de ce qui constitue à priori nos différences et surtout nos points communs serait  une insulte à l'intelligence humaine et à l'espoir de ceux qui œuvrent pour un "Humanisme concret" comme le réclame  Edgard Morin.

Assemi Djamel

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://jamhell.zeblog.com/trackback.php?e_id=461216

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Aimez-la France ou quittez-la! - Blog créé avec ZeBlog