Calendrier

« Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Un kärchérisé de la République

article

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Voyage en Beurgeoisie ou voyage en Beur-tais-toi?

Par Un kärchérisé de la République :: 01/12/2010 à 10:31
Ce 29 Novembre 2010 à 22h30, un documentaire au titre évoquant l'aventure, "Voyage en Beurgeoisie" était diffusé sur la chaîne Public Sénat. Et quel voyage!
Cloué sur mon fauteuil, je m'attendais à un "Tour du monde en 80 jours".

Mais que montrait ce documentaire?
Oui, des Français d'origine africaine qui revendiquent leur Beurgeoisie, et après? Mais qu'est-ce donc? Selon eux ce n'est ni plus ni moins que l'ascension sociale d'une population plus connue pour être discriminée, et la  satisfaction de faire partie d'une classe moyenne dont l'icône ne serait ni plus ni moins que la figure d'une certaine Rachida Dati!

Et là, ce n'est pas un voyage en Beurgeoisie auquel on me convia mais un cauchemar: le cliché, illustration d'Épinal du bon petit beur qui à l'image de ces cadres, elle, chemisier ouvert offrant un beau décolleté  et lui, sourire de commercial, qui viennent expliquer à ces petits jeunes de la banlieue dans une classe de lycée, qu'il faut travailler à l'école pour réussir dans la vie. Merci du tuyau!
Le principal problème est là, comment susciter l'amour de la connaissance et du savoir? Comment expliquer que l'on peut aimer son métier et que l'argent n'est pas une valeur cardinale? A l'heure où la marchandisation et le consumérisme font ravage.

En réalité, ce qui m'a le plus gêné dans ce documentaire, dont le niveau ne s'élève que lorsque la sénatrice Bariza Khiari effleure quelques réalités historiques et sociales, ce n'est ni plus ni moins le fait que cette Beurgeoisie est la sœur jumelle de la bobocratie,  tant le mimétisme ou le clonage avec le blanc "type gaulois" idéal rappel de sombres heures de l'Histoire.
Cadres, chef d'Entreprise, médecin, étaient représentés dans l'émission, montrant la fierté d'être ces Beurs qui ont réussi à l'instar de ces classes moyennes aux Etats-Unis. Loin des Leopold Songhor, Aimé Césaire et autres Malcolm X, ceux qui parlent des débats de fond. Où sont ceux qui  dénonceraient la crise identitaire nationale malgré leur position sociale privilégiée, du problème des représentations, du fait de réconcilier l'Histoire de France avec la réalité de cette dernière vague d'immigration, réellement et sans vouloir à tout prix plaire à ceux-là même qui dédaignent leur donner une place ou un poste, sinon sans y avoir laissé ou renié sa race?
Il suffit de voir tous les travaux de Dounia Bouzar sur la réalité et les difficultés que rencontrent les musulmans en Entreprise. C'est souvent le syndrome Zizou: être meilleur et plus compétitif que les "blancs";  s'il y a un problème, tu seras le premier suspect (c'est historique, voire psychologique, les représentations négatives ne s'effacent pas aussi facilement, lire analyse de Frantz Fanon); si tu hausses le ton comme les autres salariés  ou tu la ramènes, il suffit de voir l'affaire Anelka; et surtout ne montre pas la visibilité de ta pratique!

La réussite n'est-elle qu'une question de visibilité de personnes d'origines et de couleur différentes, que l'on voit apparaitre dans des sphères de classe moyenne ou à la télé? Mais quelle est leur influence sur ceux restés en bas de l'échelle?  Sont-ils représentatifs? Quels sont leurs efforts pour changer, chambouler le système  discriminatoire? Si ce n'est d'avoir des personnalités cooptées comme Rachida Dati ou Rama Yade ou Fadela Amara ou Malek Boutih ou Rachid Kaci, des Khobiztes (mangeurs de pains) comme on les appelle en arabe, est-ce cette beurgeoisie là qui va changer les choses alors que l'on voit la réalité d'un système financier, économique et politique à la dérive?!

A quand des intellectuels musulmans de la trempe d'Emmanuel Levinas capables de former des cadres dans l'intérêt de citoyens français revendiquant fortement leur spécificité et dans une volonté vitale, voire existentielle de renouer avec ses origines, sa culture, son Histoire, afin d'apporter et de revivifier à la façon d'un Spinoza et remettre au goût du jour l'Ethique, nos valeurs, et notre regard sur le monde? Où sont les Annah Arendt parlant de crise de la culture, de totalitarisme à l'Heure du nouvel ordre mondial où la dérégulation financière fait des ravages?

Une classe Bourgeoise Beur oui, mais pas des personnalités atomisées, individualistes, consuméristes,  qui ne sont que des clones ou de pâles copies de leurs concitoyens qui ne voient la réussite que part le biais d'un compte en Banque bien fourni. Ces Beurs à qui on dit sois Beur-tais-toi.

Assemi Djamel

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://jamhell.zeblog.com/trackback.php?e_id=463305

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Aimez-la France ou quittez-la! - Blog créé avec ZeBlog