Calendrier

« Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Un kärchérisé de la République

article

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Les musulmans dans le piège de l'islam symbolique ou médiatique.

Par Un kärchérisé de la République :: 08/12/2010 à 11:01
Depuis le 11 septembre 2001 et la théorie du choc des civilisations, que ça soit de la part des médias ou de pseudo-experts sur la question de l'Islam, chacun y est allé de son refrain.
Or, de quel Islam ou islam parlons-nous? D'une civilisation qui débute du VII ème siècle mais qui a des racines plus anciennes et qui a fusionnée avec les aires conquises comme l'a si bien souligné Fernand Braudel dans son "Grammaire des civilisations" aux éditions Flammarion; loin des clôtures dogmatiques qu'a dénoncé Mohammed Arkoun; s'étendant de L' Andalousie jusqu'aux confins de l'extrême Orient; ayant développée, ce que Braudel a appelé "le premier système-monde", avatar d'une mondialisation (à ce propos lire les travaux de Maurice Lombard)?

Que nenni! Comme l'a si bien montré Thomas Deltombe dans son livre "L'islam imaginaire, la construction médiatique de l'islamophobie en France de 1975 à 2005", aux éditions La Découverte, les médias n'ont focalisé et ne prêtent attention qu'aux franges les plus radicales. Pourquoi? Pour jouer sur les peurs? Pour "justifier" les différentes guerres et autres raisons de contrôle géostratégique et énergétique ? L'insécurité à l'échéance de prochaines élections présidentielles?

Comment expliquer paradoxalement ce que l'on appelle "islamisation" ou "radicalisation"?
Tout simplement, parce que les musulmans sont tombés dans le piège de l'islam médiatique ou symbolique.
Pourquoi médiatique ou symbolique?
Islam médiatique, parce que comme je viens de le montrer les médias n'ont focalisé que sur ces franges les plus extrêmes comme un certain Al-Qaïda et consorts, et comme par effet de marketing ou de mode, ces groupuscules sont assimilés à des terroristes pour la majorité et à des révolutionnaires par certains pour qui   ils représentent le seul exutoire de leurs frustrations et de leur présumé humiliation, symptômes d'une victimisation exacerbée par les laissés pour compte ou autres exclus sous des régimes de plomb à la solde de Rais ou pseudo-président élus à 99,9%.

Islam symbolique, comme l'a si bien montré Olivier Roy dans son livre "La sainte ignorance, le temps de la religion sans culture", aux éditions du Seuil, n'est qu'un islam surfant sur l'inculturation et la mondialisation jouant des codes et des moyens de communication via Internet à travers des mouvements charismatiques au même titre que certains évangélistes.

Les mouvements fondamentalistes dits salafistes revendiquent d'être dans la continuation des pieux compagnons successeurs du prophète Muhammad (saws) et ont la prétention de revenir à l'islam originel, purifié de toutes innovations. Or, ce mouvement de doctrine Wahhabiste du nom de son fondateur Mohammed Ibn Abdel-Wahhab peut être situé historiquement et géographiquement.
En effet, Ibn Abdel-Wahhab est né en 1703 dans le Hidjaz connu aujourd'hui sous le nom d'Arabie, dans la région du Najd. Il était le Cheikh de la tribu des Banu Tamim. Celui-ci, de la même façon qu'un Nasir Ad-Din Al-Albani, afin de légitimer leur doctrine, se seraient appuyés sur Ibn Taymiyya (savant su XIIIème siècle) comme si celui-ci était le père spirituel de leur idéologie. Or, il n'y a pas plus d'affinités entre Ibn Taymaiyya et Muhammad Ibn 'Abd al-Wahhab qu'il n'y a entre un Hashémite (vrais dirigeants originels du Hedjaz ou de l'Arabie et gardiens de la Mecque depuis des lustres) et un Ibn Sa'ud (Usurpateurs qui ont pris le pouvoir avec l'aide d'un certain Lawrence d'Arabie pour créer l'Arabie Saoudite du nom de leur tribu).
Ces derniers, pour légitimer leur pouvoir se sont appuyés sur le wahhabisme pour répandre un islam littéraliste et rigoriste. Pris en tenaille entre des intérêts économiques (pétrole),  la "protection"  et l'installation de bases militaires américaines sur son sol sacré,  ce gouvernement comme pour mieux masquer ses contradictions réagit dans la surenchère islamiste rigoriste, et à coup de millions de pétrodollars exporte son idéologie mortifère.

En France, ces mouvements progressent auprès d'une jeunesse perdue, acculturée et ignorante. Ils privilégient l'apparence physique (Barbe et tenues ostentatoires, comme si l'islam se réduisait à cela) à la connaissance réelle de l'islam. Entre les mains de beaucoup d'ignorants l'islam ne devient pas une religion mais une secte qui exclut ceux qui ne lui ressemblent pas. Ces musulmans connaissent un problème d'interprétation et de priorité. Ils ont un déficit de ce qu'on appelle akhlaq ou qualités humanistes. Est loin la parole prophétique de Muhammad qui dit "N'a pas la foi celui qui n'aime pas pour son frère ce qu'il aime pour lui-même." ils lui préfèrent le hadith qui dit "Il y aura 73 tendances ou sectes chez les musulmans et la seule communauté qui sera sauvée est celle qui suivra le Coran et la Sunna". Bien sûr, mais un peu d'humilité ne leur ferait pas de mal,  parce qu'ils jugent comme s'ils avaient la garantie d'être élus pour le paradis et que les autres sont voués à la damnation. Tout ne se définit chez eux que sur l'apparence et sur le  mode binaire: croyant/non croyant.  Et  vivre dans un pays dit d'infidèles ou pour reprendre une dénomination obsolète de Dar Al-harb (territoires hors des terres d'Islam) en profitant du chômage ou du RSA  en critiquant ceux qui  ne font pas leurs prières à temps, montre leur degré de contradiction. En effet, alors que le prophète Muhammad (saws) avait formé ses disciples durant une dizaine d'années à la Mecque sur le tawhid (l'unicité de Dieu ou d'Allah), sur la fraternité, l'amour de son prochain, le respect de son voisin croyant ou non-croyant... Et qu'il avait dit que le travail est la moitié de la foi, ou qu'un croyant qui pourvoit à ses besoins à sa famille ou à la communauté via la Zakat (aumône obligatoire, pour qui en a les moyens) est préférable au croyant qui vit dans l'oisiveté.
Or, ces mouvements d'un seul regard jeté de façon lapidaire, excommunient ou jugent du degré d'islamité ou de conformité vestimentaire de celui qui se trouve face à eux, remettant au goût du jour une forme d'inquisition.

Or, les médias font la part belle à ces groupuscules, amalgamant ainsi tous les musulmans. Mais à qui profite cette politique d'essentialisation des musulmans, afin de justifier sa politique sécuritaire, d'occupation et coloniale? Pas besoin de donner la réponse, parce que tout le monde la connait.

De la même façon, ces mouvements néo-soufis soutenus par des dictateurs en manque de légitimité ne sont que symptomatiques de la crise que connaissent les musulmans d'aujourd'hui face à une modernité et des Etats-Nations à la dérive et aux soldes de sphères politico-financières corrompues.

Certains musulmans sont vraiment tombés dans le piège du symbolique et du médiatique et ils ne font que servir les intérêts de ceux qui les instrumentalisent (qui ont intérêt à favoriser le communautarisme afin de justifier leurs politiques) et de ceux (régime Saoud) qui vivent une schizophrénie et une illégitimité patente.
Il faut le dire une bonne fois pour toute, l'Islam n'est ni le salafisme, ni le soufisme, ni aucun autre mot ou tendance en isme. L'Islam est l'Islam et les musulmans sont des musulmans comme le Prophète Abraham se définit lui-même dans le Coran: soumis à Dieu ou Allah.

Assemi Djamel
 

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://jamhell.zeblog.com/trackback.php?e_id=467442

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Aimez-la France ou quittez-la! - Blog créé avec ZeBlog